2 - Le passe-mur "Aïe"


“Un « Argh » et deux « Haaa ! ». Peut-être un « Han », ou un « Ho »… Je ne me rappelle plus bien” continue le mendiant, en massant son pied boueux, maladroitement posé quelques instants auparavant sur un clou qui passait par là. « Maitre Shaobaibai, je pense que… » Mais le maitre est déjà en route.


Tapi dans l'ombre, un deux funestes destin assassins guettent Shaobaibai : “Maître Kuong'li est le meilleur, tu peux me croire : grâce à son art du déguisement et de la persuasion, Shaobaibai sera à coup sûr tombé dans le panneau. Tiens-toi prêt, il ne devrait plus tarder.”


Shaobaibai arrive à vive allure. Lorsque soudain, juste après avoir tourné au coin d'une ruelle, notre héros se heurte contre un panneau … qui émet un bruit bizarre. Du genre “aie”.

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

10 commentaires

Un visiteur (samora) a dit :

Shaobaibai est effrayé l'étrange panneau sur lequel il s'est précipité possède deux bras deux jambes deux yeux mais un seul nez de plus shoushen lui est tombé sur le dos à vive allure “aïe!” . “qui es-tu homme?” dit ShaoBaïBaï “moi? personne monsieur juste un mari qui s'occupe de sa petite femme en plein accouchement dans ette sombre ruelle? Shao se rapproche de la vraie fausse femme mais ne voit pas dans son dos arriver le ”mari" avec son gourdin.

5 févr. 2008

Fred_Boot a dit :

Attention: Je me charge de la dernière case.

11 févr. 2008

Fred_Boot a dit :

Ce qui laisse supposer qu'on a affaire à une sacrée bande de bras cassés.

Pour la dernière casse, qui s'y colle ?

10 févr. 2008

JiF a dit :

Je propose :

C'est alors qu'une voix pleine d'assurance attire l'attention de tous : “Alors, mes fidèles sbires, l'infâme cloporte Shaobaibai est-il enfin hors d'état de nuire ?”… C'est maître Kuong'li qui s'avance d'un pas majestueux et conquérant vers le lieu de l'embuscade, encore vêtu de ses atours de mendiant.

10 févr. 2008

Fred_Boot a dit :

Le démarrage est très timide, je remercie donc chaleureusement tous ceux qui ont pris et qui prendront un peu de leur temps pour participer à ce projet. Comme je l'ai dit précédemment, je n'interviendrai sur les textes que si la participation est trop faible, mais je n'ai aucune volonté de m'ingérer dans l'histoire et de la “reprendre en main”: en effet, cela briserait le concept même, et s'il devait s'agir pour moi de faire “ma” bédé je préfèrerais encore préparer dans mon coin un projet en conséquence pour un éditeur. Donc continuons et donnons-nous du courage en buvant quelques dry martinis.

Un tout petit détail: je rappelle à tous que le temps utilisé est le présent.

Pour finir, si vous aimez les histoires “exotiques”, courrez donc lire la bédé d' Athang , c'est aussi sur Webcomics.

Voilà, maintenant c'est à vous.

5 févr. 2008

Un visiteur (Mog) a dit :

j'ai bien une idée pour la suite directe de la troisième case que j'ai imaginé mais c'est pas trop le but du jeu …

5 févr. 2008

Fred_Boot a dit :

Ma foi, j'ai dit qu'on ne peut pas participer plus d'une fois sur une même planche. Vu qu'on en entame une nouvelle, vu que c'est super calme, vu que c'est le début, vu que le cosmos est infini, vas-y !

5 févr. 2008

Fred_Boot a dit :

Salut Samora,

Comme on le voit sur le second dessin, le deuxieme larron n'est pas affublé en vraie-fausse femme. Je propose ce petit changement pour éviter les confusions:

Shaobaibai est effrayé: l'étrange panneau sur lequel il s'est précipité possède deux bras, deux jambes, deux yeux, mais un seul nez. Shu Chen, lui, est tombé sur le dos à vive allure. “Qui es-tu, homme?” dit ShaoBaïBaï. “Moi ? Personne, monsieur, juste un mari qui s'occupe de sa petite femme en plein accouchement dans cette sombre ruelle.“ Shaobaibai se dirige vers la ruelle, mais ne voit pas dans son dos arriver le ”mari” avec son gourdin.

6 févr. 2008

Un visiteur (Mog) a dit :

lorsque j'avais écrit la dernière case, j'avais pensé que shaobaibai se cognerait contre maitre kuong'li dont il est dit qu'il est maitre dans l'art du deguisement et que shaobaibai tomberait dans le panneau … du coup shaobaibai se heurtait contre un panneau vivant qui se trouvait etre kuong'li, les deux lascars aurait pensé que shaobaibai était rès fort puisqu'il avait déjoué les déguismentes de leur maitre. Mais que rien n'était perdu puisque leur maitre était doué aussi pour la persuasion. Du coup situation comique : shaobaibai dit qui est là ? et kuong'li réponds c'est un panneau… bon je m'emporte là et puis de toute facon, grâce à samora on est parti dans une toute autre direction et c'est là l'intéret de l'histoire !

6 févr. 2008

Fred_Boot a dit :

Ouah. J'avais pour ma part juste compris que Kuong li s'était déguisé en mendiant et que le panneau qui fait “aïe” était une figure stylistique (et humoristique)… et non un panneau en tant que tel. D'où l'image de Shaobaibai se heurtant à l'un des assassins (a priori, pas très claire donc).

Ma foi, c'est aussi le sel de la chose: mes dessins apportent l'interprêtation que je fais des textes en l'état. On surfe sur les malentendus et les surprises. C'est pas grave, continuons !

6 févr. 2008

Poster un commentaire :